13/11/2014

Kaddish dans la cathédrale de Buenos Aires

La Lettre Serviam N° 31 - 10 Novembre 2014

Kaddish dans la cathédrale de Buenos Aires

Les relations entre la communauté juive argentine et le “Cardinal” Bergoglio au temps où ce dernier n’était pas encore devenu “Pape” François sont généralement connues. Nous les avions brièvement évoquées dans le dernier numéro de notre lettre Serviam parue en novembre 2013.
Sous l’égide du “Cardinal” Quarracino puis sous celle du “Cardinal” Bergoglio, nous verrons que les victimes de l’Holocauste eurent l’honneur d’avoir leur reliquaire (sous forme d’un “Mur”) au sein même de la Cathédrale de Buenos Aires en 1997 !!! En 2014, nouvelle étape dans l’apostasie : un rabbin, avec la bénédiction de la supposée hiérarchie “catholique” de Buenos Aires et de celle du “Pape” François, récita publiquement une prière juive dans une Cathédrale.
(...)

  1. Lire la Lettre Serviam en entier   Télécharger
  2. Télécharger la Lettre Serviam N° 31   Télécharger

11/11/2014

Retraites spirituelles 2015 - Abbé Lafitte



Prêchées par l’abbé Jean-Luc Lafitte, les prochaines retraites spirituelles de saint Ignace de Loyola se dérouleront de mai à octobre 2015. 
Il y en aura six pour les hommes et quatre pour les dames. 
Ces retraites sur cinq jours auront lieu, durant l’année 2015, à Sainte-Croix-du-Mont (33410) en Gironde. 

Chaque session pourra abriter jusqu’à 16 participants.

Si vous souhaitez participer à l’une de ces sessions, veuillez remplir et renvoyer à l’abbé Lafitte cette feuille d’inscription : Retraites spirituelles 2015.

08/10/2014

Les mythes fondateurs de l'antichristianisme - Johan Livernette



Voici quelques arguments face aux détracteurs de l’Église et de la religion catholique. Les faits mentionnés sont irréfutables. Ils ne relèvent pas d’une opinion quelconque. Les livres cités dans cette vidéo sont "Les quatre évangiles en un seul" d’Alfred Weber, "L’Église romaine en face de la Révolution" de Jacques Crétineau-Joly, "L’antichristianisme juif" de Martin Peltier et "Histoire générale de l’Église" de l’abbé Darras.

Source

16/09/2014

Ce confesser en union avec Marie




Avant la Confession

1- Vous vous rappellerez la douleur immense dont Marie fut accablée à la vue de vos péchés : car Marie les a vus; et, par une excessive charité, elle s'en est chargée devant Dieu, pour les pleurer et les détester comme s'ils étaient siens.

2- Vous la supplierez de vous apprendre à les pleurer et à les détester comme elle.

3- Vous lui demanderez les lumières dont vous avez besoin pour connaître vos péchés, tous vos péchés, en vous examinant :
- sur vos devoirs envers Dieu,
- sur vos devoirs envers le prochain,
- sur vos devoirs d'état,
- sur le soin de votre perfection ;
en vous examinant tout spécialement, à la fin de ces trente jours (et avant chaque confession) :
- sur votre mépris du monde,
- sur votre mépris de vous-même,
- sur vos efforts pour mieux connaître Notre-Seigneur et sa Mère,
- sur votre recours à Marie en toutes choses,
- sur votre abandon à la providence de Marie dans les souffrances, douleurs, séparations, pertes, insuccès, etc.
- sur votre zèle à défendre et à promouvoir la cause de Marie, celle en particulier de son saint Esclavage,
- sur votre réception de l'Eucharistie, Pain de Marie,
- sur vos efforts en vue de l'union à Marie, dans toutes vos actions intérieures et extérieures ;
et si vous renouvelez votre consécration :
- sur votre fidélité à tous les termes de votre donation, ou, comme s'exprime l'Examen de conscience de l'esclave d'amour de Jésus en Marie, sur votre dépendance active et passive envers la très Sainte Vierge.

4- Vous demanderez enfin à Marie la grâce de confesser tous vos péchés, sans rien cacher ni dissimuler, sans rien exagérer non plus...avec une vraie contrition : intérieure, surnaturelle, souveraine et universelle.




Pendant la Confession

Quand, après l'accusation de vos fautes, le prêtre vous adressera quelques mots, vous demanderez à la très Sainte Vierge de renouveler en vous les sentiments de détestation du péché, de douleur d'avoir offensé Dieu et de ferme propos de ne plus l'offenser, qu'a fait naître en votre âme l'examen de conscience.
Puis, pendant que le prêtre prononcera les paroles de l'absolution, vous vous appliquerez à bien dire votre acte de contrition, en pensant :

- à Dieu, que le péché offense,
- à Jésus-Christ, que le péché a fait mourir,
- à Marie, que le péché a tant fait souffrir.

O très miséricorde Mère, « lavez-moi, par les mains du prêtre, dans le sang de mon Jésus, afin que plus pur et plus uni à votre Cœur Immaculé, je serve votre Fils avec plus de fidélité. »



Après la Confession

1- Vous aurez à cœur de vous garder toujours dans les sentiments de douleur, de regret et de ferme propos que contient l'acte de contrition.

2- Vous prendrez la ferme résolution de ne plus retomber dans vos fautes, bien décidé, avec l'aide de votre divine Mère et par amour pour elle, à employer les moyens nécessaires pour éviter le péché, combattre vos mauvaises habitudes et fuir les occasions.

3- Vous remercierez Notre-Seigneur qui vous a pardonné si amoureusement tous vos péchés, et vous direz avec le psalmiste : « O mon âme, (unie à ta divine Mère), bénis le Seigneur, et n'oublie jamais les immenses faveurs qu'il t'a faites. Car il t'a pardonné toutes tes iniquités et guérie de tous tes maux. C'est lui qui t'a rachetée de la mort, et environnée de sa miséricorde et de ses grâces...» (Ps. CII).
Vous remercierez aussi la très Sainte Vierge. « La componction (avec laquelle elle a détesté nos péchés) a été si agréable à Dieu et si puissante sur son Cœur, que cette charitable Mère nous a mérité d'immenses trésors dont elle veut nous enrichir; et jamais nous ne recevrons le sacrement de la Pénitence, que le prêtre ne nous fasse en même temps, une application spéciale non seulement des mérites de Notre-Seigneur, mais encore de ceux que la très Sainte Vierge a acquis pour nous. »

4- Enfin, vous ferez, en toute foi et sincérité, la pénitence que le confesseur vous aura donné... « O Père saint, unissant ma pénitence à toutes les pénitences qui ont jamais été faites pour la gloire de Votre Nom, je Vous offre cette confession et cette satisfaction; et, par les mérites de la Passion de Votre Fils bien-aimé, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et de tous les saints apôtres, martyrs, confesseurs et vierges, je vous supplie de l'approuver et de me la rendre salutaire. » (Sainte Gertrude).


(Préparation à la Consécration du Saint Esclavage de Jésus en Marie selon le Bienheureux de Montfort, 1943, pages 126-130)

Bien ce confesser (cliquez)

02/09/2014

La république a menti



Voici une brève analyse historique, mettant en relief tous les mensonges que l'école républicaine a enseigné et enseigne encore et toujours sur l'Ancien Régime et la misère ouvrière.
A travers des analyses historiques par des historiens de renom, cette vidéo vous dévoilera un aspect méconnu des qualités de vie au Moyen-Âge ainsi que les conditions de travail et des ouvriers de l'époque.
Sans oublier aussi la naissance du prolétariat et de la misère ouvrière depuis la révolution française et sa fameuse loi Le Chapelier interdisant les corporations, et la naissance du libéralisme économique qui en fut la conséquence et qui engendrera à son tour le socialo-marxisme.

TOUT CE QUE L'EDUCATION NATIONALE NE VOUS ENSEIGNERA JAMAIS ET POUR CAUSE...

 http://www.actionroyaliste.com/
Related Posts with Thumbnails