« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce qu’étant la Vérité même vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. » (Acte de Foi)

«Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi »(Léon XIII, Satis cognitum).

07/08/2010

La "nouvelle messe" une fumisterie!



Lex orandi, lex credendi

La loi de la prière détermine la loi de la croyance ( St Célestin 1er Ve siècle)

C'est simple comme tout. Pour changer ou révolutionner la foi, il suffit de changer la prière qui en est en quelque sorte la règle.

Le N.O.M. est la clé de la révolution des intrus par lui, s'installera une "nouvelle religion" dite conciliaire.

"
La liturgie et la catéchèse sont les 2 mâchoires de la tenaille avec laquelle on arrache la Foi" ( Journet, Lucien Méroz, l'obéissance dans l'Église
( Martingay, 1977)

Après la mort du dernier Apôtre se termine la Révélation. Aucune vérité ,aucun dogme ne pourraient y être ajoutés; tout dogme, toutes vérités en font partie, donc tous les dogmes concernant la Sainte Messe sont contenus dans la Révélation et plus spécialement dans la Messe que célébra le Seigneur à la Cène.

Lorsqu'on comprend bien cela, on voit la raison des hérétiques de V2 de changer la Messe… après tout diront-ils Saint Pie V a bien sa messe à lui, pourquoi pas P6.

Dès les années 1920, dom Beauduin envisage de faire servir la liturgie au mouvement œcuménique en l'adaptant aux urgences de l'union des Eglises.

Certains de ses moines en profiteront pour passer à l'Eglise orhodoxe.

Lui-même sera condamné mais continuera à collaborer avec les Dominicains les plus avancés, comme les pères Chenu, Congar et Roguet.


"Messe" lors du pèlerinage des 14-17 ans de la zone pastorale de
Strasbourg à Notre-Dame du Chêne - Plobsheim - Lundi de Pentecote 2009


Pie XII essaya en vain de mettre fin en 1947 à la subversion liturgique en publiant l'encyclique Mediator Dei où on lit par exemple (1) :

" II faut réprouver l'audace tout à fait téméraire de ceux qui, de propos délibéré, introduisent de nouvelles coutumes liturgiques ou font revivre des rites périmés. "

Un peu plus loin :

" De sorte que ce serait sortir de la voie droite de vouloir rendre à l'autel sa forme primitive de table, de vouloir supprimer radicalement des couleurs liturgiques le noir, d'exclure des temples les images saintes et les statues, etc. "

Pie XII parle de " l'excessive et malsaine passion des choses anciennes ". " II n'est pas sage ni louable ", dit-il, " de tout ramener en toute manière à l'antiquité ".

II condamne par là l'archaïsme qui, sous couleur de retour aux sources, est un procédé révolutionnaire de rupture avec la tradition.

On le voit largement appliqué de nos jours où les novateurs prétendent remonter au-delà du Concile de Trente et même de l'empereur Constantin. Tous les fondateurs d'hérésies ont agi ainsi.

Il faut d'abord noter une imprégnation et une infiltration à l'intérieur de l'Eglise des sociétés secrètes (2), qui seront en grande partie à l'origine des idées de libéralisme (3), de modernisme, de faux œc*ménisme.

Dès le milieu du XIXe siècle, la Haute Vente des Carbonari s'inquiétait d'infiltrer les séminaires pour former un clergé acquis aux idées libérales, dans l'attente " d'un pape selon nos besoins " et pour réaliser " une révolution en tiare et en chape, marchant avec la croix et la bannière " (4).

L'ex-chanoine Roca, passé aux sociétés secrètes, écrivait à la fin du XIX" siècle : " Je crois que le culte divin... subira prochainement, dans un concile œc*ménique, une transformation qui, tout en lui rendant la véritable simplicité de l'âge d'or apostolique, le mettra en harmonie avec l'état nouveau de la conscience et de la civilisation moderne " (5).

Donnons maintenant trois citations de francs-maçons (6).

St-Yves d'Alveydre, contemporain de Roca s'adressa aux catholiques libéraux : " Ne craignez pas, si vous le pouvez, d'être l'âme de la liberté morale, de la tolérance universelle, dussiez-vous, vous confondant avec les nations, y perdre momentanément votre corps de doctrine et de discipline, cette forme que vous appelez l'Eglise catholique " (7).

Breyer en 1959 : " La liquéfaction de Rome, Dieu soit loué, se termine sous l'effort d'une jeune prêtrise qui n'aura plus rien de commun avec l'obscurantisme clérical " (VIII).

Yves Marsaudon en 1964 : " II n'y a pas de problème à résoudre avec les églises protestantes, pas plus qu'il ne s'en pose entre la maçonnerie et la synagogue; les difficultés n'existent qu'avec la seule Eglise romaine. "

Du même : " Entre la formule franc-maçonnique du Grand Architecte de l'Univers et le point Oméga de Teilhard de Chardin, on discerne mal ce qui pourrait empêcher les hommes qui pensent de s'entendre. A l'heure actuelle, Teilhard de Chardin est certainement l'auteur le plus lu, à la fois dans les Loges et dans les séminaires " (9).



(1) Editions Bonne Presse. 1961

(2) Sur l'influence maçonnique dans l'Eglise : Léon de Poncins, Christianisme et Franc-Maçonnerie (D.P.F.). Edith Delamare et coll.. Infiltrations ennemies dans l'Eglise (Librairie française). Jacques Ploncard d'Assac. L'Eglise occupée (D.P.F.). Jean Ousset, Pour qu'il règne (Club du livre civique). Pierre Virion, Mystère d'iniquité (Téqui). Georges Virebeau, Prélats et Francs-Maçons (P.H.C.).

(3) Dom Félix Sarda y Salvany, Le libéralisme est un péché (1887, réédité Nouvelle Aurore, 1975)

(4) Crétineau-Joly, L'Eglise romaine en face de la Révolution (1860, publié à la demande de Pie IX).

(5) A. Briault et P. Fautrad, Le ralliement de Rome à la Révolution (Ed. Fautrad, 1978).

(6) Pierre Virion, Bientôt un gouvernement mondial.

(7) Mission des souverains.

(VIII) Arcanes solaires.

(9) L'œcuménisme vu par un Franc-Maçon de tradition

extraits tirés de Lecture et Tradition - numéro 101 - Mai-Juin 1983
Edité par la Diffusion de la Pensée Françsaise - BP 01 - 86190 Chiré en Montreuil




Parce que la nouvelle messe n’est pas une profession de foi catholique sans équivoque (ce qu’est la messe traditionnelle), elle est ambiguë et protestante, hérétique. Donc puisque nous prions selon ce que nous croyons, il s'en suit que nous ne pouvons pas prier avec la nouvelle messe à la manière protestante et croire encore comme des catholiques !

Parce que les changements n’étaient pas de petits détails mais avaient en fait "trait à une rénovation fondamentale… un changement total… une nouvelle création". (Mgr A. Bugnini, co-auteur de la nouvelle messe)

Parce que la nouvelle messe nous amène à croire "que les vérités… peuvent changer ou être traitées comme si elles n’existaient pas, sans qu’il y ait infidélité envers le dépôt sacré de la doctrine à laquelle la foi catholique est liée à jamais."*

Parce que la nouvelle messe "s'éloigne de façon impressionnante de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu'elle a été formulée à la XXIIe session du Concile de Trente" qui, en fixant les "canons", a fourni une "barrière insurmontable pour toute hérésie qui s'attaquerait à l’intégrité des Saints Mystères."


Parce que la différence entre les deux messes n’est pas purement de détail ou de simple modification de cérémonie, mais "tant de choses éternelles s'y trouvent reléguées à une place mineure (dans la nouvelle messe), - pour autant qu'elles y trouvent encore une place."

Parce que la nouvelle messe ne manifeste pas la foi dans la présence réelle de Notre-Seigneur, la messe traditionnelle la manifeste sans équivoque.

Parce que la nouvelle messe établit une confusion entre la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie et sa présence MYSTIQUE parmi nous ( doctrine protestante).

Parce que la nouvelle messe brouille ce qui devrait être une différence bien marquée entre le sacerdoce hiérarchique et le sacerdoce commun des fidèles (comme le fait le protestantisme).

Parce que la nouvelle messe met de l'avant la théorie hérétique que c’est la FOI du peuple et non LES PAROLES DU PRÊTRE qui rend le Christ présent dans l’Eucharistie.

Parce que l’insertion de la "Prière des fidèles" luthérienne dans la nouvelle messe suit et met en avant l’erreur que tous les fidèles sont des prêtres.


Parce que la nouvelle messe supprime le Confiteor du prêtre, le rend collectif avec le peuple, promouvant ainsi le refus de Luther d’accepter l’enseignement catholique selon lequel le prêtre est juge, témoin et intercesseur avec Dieu.

Parce que la nouvelle messe nous donne à entendre que le peuple concélèbre avec le prêtre, ce qui va à l’encontre de la théologie catholique !

Parce que six ministres protestants ont collaboré à l’élaboration de la nouvelle messe : George, Jasper, Shepher, Kunneth, Smith et Thurian.

Parce que de même que Luther a supprimé l’offertoire – parce qu’il exprimait très clairement le caractère sacrificiel et propitiatoire de la messe – de même les inventeurs de la nouvelle messe l’ont supprimé, le réduisant à une simple préparation des oblats.

Parce qu’on en a retiré suffisamment de théologie catholique que les protestants peuvent utiliser le texte de la nouvelle messe sans difficulté, tout en gardant leur antipathie pour la véritable Eglise Catholique romaine. Le ministre protestant Thurian (co-consulteur pour le projet de la nouvelle messe) a dit qu’un fruit de la nouvelle messe "sera peut-être que des communautés non-catholiques pourront célébrer la Cène du Seigneur en utilisant les mêmes prières que l’Eglise catholique." (La Croix, 4/30/69)

Parce que le ton narratif de la consécration dans la nouvelle messe implique que c’est seulement un mémorial et non un vrai sacrifice (thèse protestante).



Si quelqu'un dit que le rite de l'Église Romaine, où l'on consacre à voix basse une partie de la consécration, doit être condamnée: ou que la messe doit être célébrée qu'en langue vulgaire: Qu'il soit anathème!
Concile de Trente, canon 9, Session XXIIe, chap 9

 Parce que la nouvelle messe rassemble de nombreuses erreurs condamnées par le pape Pie XII (ex. : l’autel en forme de table. Voir Mediator Dei).

Parce que la nouvelle est l'expression de la foi d'une nouvelle religion fondée à l'intérieur des cadres de l'Église Catholique. Une nouvelle église œcuménique embrassant toutes les idéologies et toutes les religions – le bien et le mal, la vérité et l’erreur – un but dont ont longtemps rêvé les ennemis de l’Eglise catholique.

Parce que la nouvelle messe, en retirant les saluts et la bénédiction finale quand le prêtre célèbre seul, manifeste un refus et une absence de foi dans le dogme de la communion des saints.

Parce que l’autel et le tabernacle sont maintenant séparés, marquant ainsi une division entre le Christ dans son prêtre-et-sacrifice-sur-l’autel et sa présence réelle dans le tabernacle "deux choses qui par leur nature même doivent rester ensemble" (Pie XII).

Parce que la nouvelle messe ne constitue plus un culte vertical entre Dieu et l’homme, mais plutôt un culte horizontal entre l’homme et l’homme.


Le pape St Pie V a accordé un indult à perpétuité, valide "pour toujours", pour célébrer la messe traditionnelle librement, licitement, sans scrupule de conscience, sans punition, sentence ou censure (Bulle papale "Quo primum").

Parce que "dans le Libera nos de la nouvelle messe, la Sainte Vierge, les apôtres et tous les saints ne sont plus mentionnés, leur intercession n’étant ainsi plus demandée, même en temps de péril."*

Parce que dans aucune des trois nouvelles prières eucharistiques (de la nouvelle messe) il n’y a de référence… à l’état de souffrance de ceux qui sont morts, dans aucune d'elles il n’y a la possibilité d’un Mémento particulier; on sape ainsi la foi dans la nature rédemptrice du Sacrifice. *

Parce que, comme l'a affirmé le concile Vatican I, "le Saint-Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre, pour qu'ils fassent connaître sous sa révélation une nouvelle doctrine, mais pour qu'avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la Révélation transmise par les apôtres, c'est-à-dire le dépôt de la foi." (DzH 3070)
Merci Gabrielle.

1 commentaire:

  1. Excellente mise au point sur la nouvelle messe qui permet de prendre conscience aux catholiques de bonne foi de l'aberration a laquelle a menee la decision du dernier concile concernant la messe.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails