« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce qu’étant la Vérité même vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. » (Acte de Foi)

«Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi »(Léon XIII, Satis cognitum).

09/11/2011

98% de la FSSPX rejette tout accord avec la Rome moderniste.


La Lettre de Virgo-Maria.org - N°431

9 novembre 2011 La voix des combattants pour la survie des sacrements valides

Les Dernières Nouvelles...

 

98% de la FSSPX rejette tout accord avec la Rome moderniste. Mgr Fellay mis en minorité et acculé à la démission. Le sursaut d’Albano a tué le « processus » de ralliement

Publication du 9 novembre 2011

Bernard Fellay


L’opération « signature de Vatican II » organisée à Albano a tourné à la confusion des néo-modernistes qui l’ont organisée et provoqué le renversement de la situation. L’accord avec Rome est mort, la politique de Mgr Fellay totalement désavouée comme elle ne l’a jamais été, et son porte-parole conduit vers la sortie. Un chapitre extraordinaire va-t-il être convoqué pour remettre la tête de la FSSPX et les orientations de la Fraternité en cohérence avec les missions fixées par Mgr Lefebvre ? Pour écourter le mandat de Mgr Fellay et lui désigner un successeur qui incarne ce retour aux sources de la FSSPX ?
Les fuites d’Albano, tant par Mgr Tissier que par l’abbé Morgan, se recoupent et montrent que 75% des évêques et plus de 95% des supérieurs (si l’on exclut les taupes) rejettent le P.D. (Préambule doctrinal) car il viole les volontés du fondateur Mgr Lefebvre. Faisant fi de toutes les discussions doctrinales depuis deux ans, Rome a voulu faire signer les textes de Vatican II et du catéchisme hérétique et moderniste qui en est sorti en 1992, à rebours de tous les enseignements de Mgr Lefebvre : « la commission romaine a échoué à reconnaître la scission entre les enseignements traditionnels et les enseignements du Concile. Au lieu de cela, le préambule soutient "l'herméneutique (interprétation) de la continuité", affirmant que les nouveaux enseignements incluent et améliorent les anciens ! »
Au total, une clique d’une dizaine d’abbés (Schmidberger, Lorans, Celier, Pfluger, Nély, Cocaud-Duverger, etc.) qui a mis à sa tête Mgr Fellay, ont été réduits en minorité et totalement désavoués, par la presque totalité des supérieurs, qui représentent l’ensemble des abbés de la base. Soit 10 infiltrés sur 500 : 2% ! Soit une petite camarilla de clercs infime qui a pris le contrôle de la tête de la FSSPX et de ses organes de communication. À l’heure d’Assise III, cette ultra-minorité révolutionnaire a voulu imposer l’image artificielle et mensongère d’une Rome qui reviendrait à la Tradition, alors que les supérieurs de la FSSPX réunis ont posé le constat de « la persistance de Rome dans les erreurs modernes ».
Le « processus de tromperie » que stigmatisait l’abbé Beauvais en décembre 2005 a volé en éclats le 4 octobre 2011. « Bien sûr, aucun accord ! » assène Mgr Tissier de Mallerais à Toronto le 27 octobre 2011.
Après une si cuisante défaite, totalement discrédité et désavoué par l’ensemble du corps de la FSSPX, Mgr Fellay n’a plus d’autre choix que de se soumettre ou de se démettre. Le corps est resté fidèle à Mgr Lefebvre et, dans une situation totalement inédite, imprévue par le fondateur, la tête est allée pendant des années contre la volonté du corps et contre son unité, en imposant une politique dont le fondateur avait clairement signifié qu’il ne voulait plus, ayant perdu trop de temps et pris trop de risque à mener des pourparlers qui détournaient son œuvre de l’apostolat et inoculait le poison de la tiédeur et de l’esprit conciliaire en son sein.
Alors que son échec est désormais connu de tous, la démission de Mgr Fellay est à l’ordre du jour. Va-t-elle intervenir prochainement ?
Les circonstances exceptionnelles de ce coup de force avorté d’Albano pour faire accepter Vatican II à la FSSPX devraient exiger la convocation rapide d’une chapitre extraordinaire de la FSSPX pour rompre définitivement les pourparlers avec Rome, pour recentrer la FSSPX sur les missions données par son fondateur et pour procéder à l’élection d’un nouveau supérieur général qui incarne ce retour de la FSSPX à la défense du combat pour le Sacerdoce catholique valide, voulu par Mgr Lefebvre.

(lire la suite...)      
En savoir plus … - Télécharger en PDF PDF

Pour vous abonner ou vous désabonner de la lettre d’information Virgo-Maria, veuillez remplir le formulaire disponible sur notre site http://www.virgo-maria.org/

1 commentaire:

  1. O Bienheureux Jean-Paul, fortifie Mgr Fellay afin qu’il éclaire les incrédules qui doutent que la Fsspx ait obtenu, par ses millions de chapelet, ce qu’elle avait demandé. Que ces « hommes de peu de foi » comprennent que demander la royauté sociale du Christ et obtenir « la saine laïcité » c’est la même chose. Que demander que « la messe tridentine soit rétablie dans ses droits » et obtenir un « rite extraordinaire » aussi saint que la messe bâtarde promue « rite ordinaire », c’est la même chose11. Que demander le retrait et obtenir la levée de l’excommunication qu’ils ont toujours contestée, c’est la même chose12. Qu’attribuer toutes ces grâces à la sainte Vierge, ce n’est point blasphémer mais faire preuve d’esprit surnaturel.

    O Bienheureux Jean-Paul, aide les prêtres et les fidèles à toujours faire plus aveuglément confiance au supérieur de la Fsspx. Qu’il arrive à les persuader qu’à Rome les choses ont changé. Que Benoît ne voulait pas d’Assise III, et c’est pour cela qu’il a « fait un flop à Assise », qu’« il a voulu rater Assise »13. Et qu’après ta béatification, voulue par les méchants partisans de l’herméneutique de la rupture, il a déclaré héroïquement mais en privé : « Et maintenant ça suffit ! », autrement dit : Laissez-moi tranquille avec ce dossier14. Bref, aide-les à avoir confiance en ce pape qui, par diplomatie, fait des choses gravement contraires à la foi bien qu’il n’y adhère pas lui-même et qui est prêt à faire le mal pour mieux travailler ensuite à la gloire de Dieu, au bien de l’Eglise et au salut des âmes…

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails