« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce qu’étant la Vérité même vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. » (Acte de Foi)

«Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi »(Léon XIII, Satis cognitum).

05/03/2012

Témoignage d’une laïque…

 Objet : Départ de la FSSPX.

Lire la lettre ici:

http://notredamedesdons.net/1947/temoignage-dune-laique/

11 commentaires:

  1. Félécitations à cette dame courageuse ! Je prie pour elle et espère qu'elle réusira à convertir d'autres personnes.
    Par Jésus et Marie

    RépondreSupprimer
  2. Votre page reprenant cette page : http://notredamedesdons.net/1947/temoignage-dune-laique/ viole la propriété intellectuelle indiquée ici : http://notredamedesdons.net/. Merci de rectifier (tout au plus une courte citation et un lien)…

    RépondreSupprimer
  3. Que cette dame me contact ou qu'elle stipule sur sa lettre "reproduction interdite" et je la retirerais de suite.

    RépondreSupprimer
  4. Nous avons n'avons publié cette lettre qu'avec la permission de cette demoiselle, et il me semble que le minimum pour la reproduire serait de le lui demander avant, soit directement, soit par intermédiaire. Normalement, c'est plutôt dans ce sens-là que cela fonctionne et non pas l'inverse, me semble-t-il, car la politesse prescrit qu'avant de se servir de ce qui appartient à une personne, on le lui demande… À moins, bien sûr, que je ne sois un peu trop arriéré, comme les gens de l'obscur Moyen-Âge…

    De plus, cette demoiselle — que je connais bien — n'utilise pas internet et ne peut donc vous écrire elle-même, mais passe par moi pour vous prier de bien vouloir vous conformer à la demande ci-dessus formulée…

    En vous remerciant par avance, je vous souhaite une bonne journée sous le regard de Dieu.

    RépondreSupprimer
  5. Cette lettre je ne l'ai pas copié/collé sur votre site mais sur un forum !

    Enfin bref je vais me "conformer à la demande ci-dessus formulée".

    Bonne continuation de Carême a vous et a cette demoiselle.

    RépondreSupprimer
  6. Soyez-en vivement remercié.

    J'espère sincèrement ne pas vous avoir blessé par mes propos peut-être un peu vifs. Si c'était le cas, je vous prie bien humblement d'avoir la charité de me les pardonner.

    Par ailleurs, si vous voulez supprimer mes commentaires, n'hésitez pas à le faire, car je vous ai écrit par ce moyen n'ayant pas trouvé rapidement de formulaire de contact, que j'aurais de loin préféré comme plus discret.

    Pour le forum où vous l'avez pris, si c'est http://foicatholique.cultureforum.net/t4047-temoignage-dune-laique, alors, les principaux visés par mes propos en sont l'intervenant qui s'est pris cette liberté ou les responsables, car la copie de l'article qui s'y trouve n'a reçu aucune permission, et cela fait quelques jours que je les prie de bien vouloir l'enlever…

    Merci enfin pour vos bons souhaits, et saint carême à vous aussi, en attendant de faire peut-être un jour plus ample connaissance.

    RépondreSupprimer
  7. Il n'y a pas de soucis.

    Je tacherais d’être plus vigilant la prochaine fois.

    Si vous désirez me contacter une prochaine fois faite le via l'adresse mail que j'ai donné ci-dessus.

    Bien a vous.

    RépondreSupprimer
  8. Septième investigation

    "Maçonnerie mère", ses "filles" et ses "petites filles".

    La Maçonnerie de nos ancêtres, "la force mystérieuse", était appelée la "veuve" en l'honneur d'Hiram qui était orphelin de son père. C'est pourquoi Hiram était appelé le "fils de la veuve" .
    La mère se développe d'une façon monstrueuse. Si elle n'avait pas été pour elle, la religion juive aurait disparu. Mais elle ne réussit pas à annihiler la religion chrétienne. Elle crut cependant énormément y parvenir. Plus tard, ô surprise, elle finit dans des dissensions et des troubles. Des troubles qui la conduisirent à la mort ; elle était prête à être enterrée au début du 17ème siècle.
    Après un temps elle a commencé à revivre lentement. En silence et sans douleur une fille était née : la laïcité. Cette créature se sentait faible et retardée dans sa croissance. Elle a demandé à sa mère de lui donner une sœur à l'aide. Alors une nouvelle maçonnerie était née, grâce au travail de Joseph Levy et Desaguliers John. Les deux sœurs ont grandi, unis par un grand amour. D'eux deux groupes ont été constitués: l'un juif, l'autre protestante. Le premier groupe, le juif, préservé le principe de la Maçonnerie mère, qui est d'attaquer toute la chrétienté. Le second, le protestant, spécialisée en attaquant le catholicisme : After a time it began to revive slowly. In silence and without pain a daughter was born : Laicism. This creature felt itself weak and retarded in its growth. It asked its mother to give it a sister to aid it. Then New Masonry was born, thanks to the work of Joseph Levy and John Desaguliers. The two sisters grew, united by a great love. From them two groups were formed: one Jewish, the other Protestant. The first group, the Jewish, preserved the principle of the mother Masonry, which is to attack all Christianity. The second, the Protestant, specialized in attacking Catholicism.
    Alors elles se développèrent unies et commencèrent la guerre contre les trônes, détruisant un grand nombre d'entre eux et ruinant l'autorité royale à la base. Sur ces ruines, ils établirent des républiques dont le mal était bien pire que celui des trônes. Le dilemme était plus grand parce que au lieu d'être des républiques purement démocratiques, bénéfiques pour le peuple et le pays, elles étaient fondées sur la confusion et l'injustice, discréditant les deux autorités : Spirituelle et temporelle, et liquidant les valeurs, les respects et les droits.
    Sache qu'alors, la conséquence de ces mauvais principes n'a pas encore été arrêtée. Au cours des siècles d'autres filles et petites filles en sont nées.

    RépondreSupprimer
  9. Je vous prie de bien vouloir faire passer cette information capitale à vos lecteurs !

    Quelques extraits essentiels de la Lettre encyclique Quas Primas du 11 décembre 1925 de S. S. Pie XI sur la fête du Christ-Roi ou instituant la fête de la Royauté du Christ et rappelant le devoir le plus fondamental de tout citoyen se réclamant de la foi catholique reçue des Apôtres :

    La peste du laïcisme propagée par les Sociétés secrètes

    " Or, si Nous ordonnons au catholicisme entier de vénérer le Christ-Roi, Nous pourvoirons par le fait même aux besoins des temps actuels et Nous opposerons un remède souverain à LA PESTE QUI INFECTE LA SOCIÉTÉ HUMAINE. Ce que nous appelons la peste de Notre temps, c'est le laïcisme, ses erreurs et ses tentatives impies. Ce fléau, Vénérables Frères, vous savez qu'il n'a pas mûri en un jour ; depuis longtemps, il couvait au plus profond des sociétés. On commença par nier le pouvoir du Christ sur toutes les nations ; on dénia à l'Eglise un droit dérivé du droit du Christ lui-même, celui d'enseigner le genre humain, de porter des lois, de diriger les peuples, de les conduire à la béatitude éternelle. Alors la religion du Christ fut peu à peu traitée d'égale avec les faux cultes, et placée avec une choquante inconvenance sur le même niveau ; puis elle fut soumise au pouvoir civil et presque livrée à l'arbitraire des princes et des magistrats ; certains allèrent jusqu'à prôner la substitution d'une religion naturelle, d'un sentiment naturel, à la religion divine.

    RépondreSupprimer
  10. S.V.P. à faire passer à vos lecteurs !!!

    Un extrait de la Lettre encyclique Quas Primas du 11 décembre 1925 de S. S. Pie XI sur la fête du Christ-Roi ou instituant la fête de la Royauté du Christ et rappelant le devoir le plus fondamental de tout citoyen se réclamant de la foi catholique reçue des Apôtres :

    La peste du laïcisme propagée par les Sociétés secrètes

    " Or, si Nous ordonnons au catholicisme entier de vénérer le Christ-Roi, Nous pourvoirons par le fait même aux besoins des temps actuels et Nous opposerons un remède souverain à LA PESTE QUI INFECTE LA SOCIÉTÉ HUMAINE. Ce que nous appelons la peste de Notre temps, c'est le laïcisme, ses erreurs et ses tentatives impies. Ce fléau, Vénérables Frères, vous savez qu'il n'a pas mûri en un jour ; depuis longtemps, il couvait au plus profond des sociétés. On commença par nier le pouvoir du Christ sur toutes les nations ; on dénia à l'Eglise un droit dérivé du droit du Christ lui-même, celui d'enseigner le genre humain, de porter des lois, de diriger les peuples, de les conduire à la béatitude éternelle. Alors la religion du Christ fut peu à peu traitée d'égale avec les faux cultes, et placée avec une choquante inconvenance sur le même niveau ; puis elle fut soumise au pouvoir civil et presque livrée à l'arbitraire des princes et des magistrats ; certains allèrent jusqu'à prôner la substitution d'une religion naturelle, d'un sentiment naturel, à la religion divine.

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails