« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce qu’étant la Vérité même vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. » (Acte de Foi)

«Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi »(Léon XIII, Satis cognitum).

27/03/2013

Questions ouvertes à l’abbé Lafitte





Voici quelques questions que tout catholique peut se poser dans ces temps de perdition et auxquelles l’abbé Lafitte a eu la gentillesse de répondre.



CCR – Je découvre ou redécouvre le catholicisme, que dois-je faire ? Quel comportement dois-je adopter pour être dans le droit chemin ?

Abbé Lafitte – D’abord prier, ne serait-ce qu’une dizaine de Chapelets chaque jour (un Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père) pour demander à Dieu et à Sa sainte Mère les grâces de lumière et de persévérance.

Faire pénitence, car la mortification ouvre l’âme. Puis étudier un vrai catéchisme Catholique (celui de saint Pie X est parfait au début ; à obtenir aux Éditions Saint Rémi – puis étudier plus à fond la doctrine, par exemple avec le catéchisme pour adultes du site notredamedesdons.net).

Voir un Prêtre Catholique non influencé par l’église de Vatican II, ses pompes et ses œuvres (Prêtre Non Una Cum) qui connaisse la doctrine Catholique (entre autre le site notredamedesdons.net) et qui la pratique.
Suivre une retraite (Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, avec un Prêtre Non Una Cum).

Aujourd’hui je sais qu’être vraiment catholique, c’est être traditionnel. Vers qui dois-je me tourner ?

Voir un Prêtre Catholique non influencé par l’église de Vatican II, ses pompes et ses œuvres (Prêtre Non Una Cum) qui connaisse la doctrine Catholique (entre autre le site notredamedesdons.net) et qui la pratique.
Etudier les bons livres (voir aux Éditions saint Rémi) en commençant par La Conjuration antichrétienne de Mgr Delassus.

Que puis-je faire pour aider la communauté catholique traditionnelle ?

Prier et faire pénitence pour que les hommes retrouvent le chemin qui mène à l’Église Catholique, hors de laquelle il n’y a pas de salut.
Contacter un Prêtre Catholique (Non Una Cum) qui vous guidera dans l’action, sans tomber dans l’activisme ou le volontarisme. L’apostolat des Retraites spirituelles et des bons livres peut faire de vous l’instrument du salut de beaucoup d’âmes.

Je suis baptisé sous Vatican II, dois-je me refaire baptiser ?

Il faut voir au cas par cas. Tant que le Prêtre qui vous a baptisé n’a pas manifesté ouvertement son refus de suivre l’intention de l’Église Catholique (par exemple en niant le dogme du péché originel), le Baptême est supposé valide. Cependant, si vous avez été baptisé par un Prêtre de l’église de Vatican II, il sera nécessaire de recevoir les compléments du Baptême (exorcismes, onctions avec les sainte huiles …). Dans certains cas, il sera même plus prudent d’être intégralement rebaptisé sous condition.

Trop souvent, la communauté traditionnelle prie dans des lieux insalubres car l’Eglise conciliaire ne lui octroie pas de lieu de culte. Pourtant, la plupart de nos églises sont abandonnées… Quel est votre sentiment par rapport à cette situation ?


Cette situation est en soit un scandale, mais c’est le prix à payer pour garder la Foi Catholique : « Ils ont les bâtiments, nous avons la Foi ». Les bâtiments d’église sont presque tous sous le contrôle des ennemis de l’Église Catholique (état républicain ou église de Vatican II).

Le climat anticatholique ambiant a tendance à prendre de l’ampleur (politique, FEMEN, medias…). Quelle doit être notre conduite à tenir, et comment pensez-vous que cela va évoluer ?


Il n’y a aucune contre-révolution possible sans un retour à Dieu et à Son Église. Un contre-révolutionnaire qui ne vit pas habituellement en état de grâce (c’est-à-dire sans péché mortel sur sa conscience) dans l’Église Catholique est un faux contre-révolutionnaire, et donc un ami de la révolution.
On ne lutte pas contre la révolution en utilisant les principes mêmes de la révolution (liberté – liberté de conscience, égalité – collégialité, fraternité – œcuménisme). Il n’y a donc aucune contre-révolution possible avec l’église de Vatican II et les principes démocratiques et républicains qui tuent notre pays depuis 1789.
Humainement parlant, il n’y a rien à espérer. Mais Dieu est le maître, et sait utiliser les pauvres instruments que nous sommes pour tirer le bien du mal ambiant.

Au vu de la situation dramatique actuelle, on aurait tendance à penser que l’Apocalypse n’est plus très loin, qu’en pensez-vous ?

C’est le mystère de Dieu. Mais je crains que la Passion des Catholiques n’en soit encore qu’à son début. Sans Dieu, on ne peut rien faire, mais avec Lui, tout est possible.
Nous ne serons sauvés que par la sainteté personnelle : l’état de grâce est la première arme offensive et défensive, surtout pour une guerre des tranchées qui risque d’être fort longue.


Propos recueillis par JB pour le Collectif Contre-Révolutionnaire

Site de l'abbé Lafitte :  http://dame-marie.e-monsite.com/

Source : http://lacontrerevolution.wordpress.com/

1 commentaire:

Related Posts with Thumbnails