« Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce qu’étant la Vérité même vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous tromper. » (Acte de Foi)

«Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu'il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu'Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi »(Léon XIII, Satis cognitum).

04/09/2013

Bergoglio sur Twitter : "Plus jamais la guerre !"














Jorge Mario Bergoglio sur Twitter a écrit:
"Plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre !"
( source : https://twitter.com/Pontifex_fr )

Réponse de la Sainte Eglise Catholique:

Donoso Cortés, Œuvres, seconde édition (1862), Tome I, pp. 143-144 a écrit:
"De ce que j'ai dit dans ma dernière lettre, il suit que la guerre n'est pas un fait barbare, c'est-à-dire propre aux époques de barbarie, puisqu'il est également de toutes les périodes historiques, puisqu'il naît dans la famille, se réalise dans la tribu, se perpétue dans l'État, s'étend avec l'humanité et s'accomplit dans toutes les régions.

Supprimez-le par la pensée, et vous aurez supprimé l'humanité, et vous en aurez fini avec l'histoire. Ouvrez les pages de cette histoire, étendez vos regards sur le monde, interrogez les siècles : les siècles, le monde et l'histoire vous parleront de la guerre. Son universalité montre sa nécessité, et sa nécessité la constitue en un fait humain, c'est-à-dire propre à la nature de l'homme.

Or les faits de cette espèce n'ont pas pu être inventés et ne peuvent pas se supprimer; ils ne peuvent être sujets à discussion, parce qu'ils ne tombent pas dans le domaine de notre libre arbitre. Ils existent, parce qu'ils existent : et leur existence est providentielle, nécessaire. Et comme tout ce qui existe nécessairement est éternel, et comme rien de ce qui a été fait pour l'éternité n'a été fait par l'homme et comme tout ce qui n'est pas le fait de la liberté de l'homme, est le fait de la volonté de Dieu, la guerre, qui est un fait humain, nécessaire, éternel, est le fait de Dieu, est un fait divin.

Si la guerre est un fait divin, il est bon ; parce que le mal n'est pas l'oeuvre de Dieu, mais du libre arbitre de l'homme. En effet, Dieu a fait l'homme à son image et à sa ressemblance, car il l'a fait créateur en le constituant libre. Sa liberté explique l'existence du mal sur la terre. Le mal, sans la liberté de l'homme, serait un fait qui accuserait la Providence divine, un fait inexplicable.

Le phénomène de la guerre lui-même sert à expliquer ma pensée. Considéré en général, il est l'oeuvre de Dieu; mais, considéré comme un fait particulier, il est l'oeuvre du libre arbitre de l'homme; car l'Etre suprême, en décrétant la guerre comme un fait nécessaire en général, n'a pas décrété sa nécessité dans les cas particuliers. Dieu est créateur de la guerre, l'homme est créateur des guerres. L'homme n'a pas la puissance de supprimer la guerre, parce qu'elle est créature de Dieu, mais il peut éviter une guerre, parce que les guerres sont de sa création. Cela étant ainsi, la guerre, oeuvre de Dieu, est bonne comme ses oeuvres sont bonnes; mais une guerre peut être désastreuse et injuste, parce qu'elle est l'oeuvre du libre arbitre de l'homme.

Je comprends et j'applaudis ceux qui condamnent une guerre particulière que l'intérêt public ne justifie pas; mais je n'ai jamais pu comprendre ceux qui anathématisent la guerre. Cet anathème est contraire à la philosophie et à la religion : ceux qui le prononcent ne sont ni philosophes ni chrétiens."


( source : http://archive.org/stream/oeuvresdedonosoc01dono#page/142/mode/2up )

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails